Reportages en terres inconnues : dans les méandres du Muggle Quidditch

http://img15.hostingpics.net/pics/957105Emy4.png 

Peut-être avez-vous entendu parler, au détour des couloirs, d'un sport pratiqué par les moldus, reproduisant notre sport international, nous, sorciers : le Quidditch ? Si non, la porte est à droite. Si oui, vous vous êtes sûrement demandé si ce n'était pas qu'un vulgaire plagiat de notre Quidditch à nous. Pour éclairer votre lanterne, j'ai donc décidé de me faufiler dans la peau d'une moldue, et de participer à un entraînement de ce qu'ils appellent tous du  « Muggle Quidditch ». C'est donc un article en toute exclusivité, un témoignage unique (en son genre) que vous vous apprêtez à lire : bonne lecture !

Note : aucun animal moldu n'a été maltraité durant cet article.

13h45 : Avec un peu de mal, j'ai réussi à prendre le métro des moldus. Heureusement, on est dimanche, et il semble beaucoup plus vide que d'habitude. Et je passe inaperçue à travers tous ces moldus, ouf ! Je finis par arriver à la station « Argoulets », pleine de verdure, de verdure, et de grands bâtiments, dont un chapiteau rouge plutôt classe. J'y rencontre deux moldus, plein d'entrain, qui parlent anglais et sont là pour le Muggle Quidditch ; bon, on dit merci aux cours d'anglais.

14h00 : Arrivée de l'équipe du Muggle. Je les regarde avec un petit air suspicieux, avant de reprendre mon grand sourire, il ne faudrait pas que je sois démasquée ! On est partis pour un des terrains, derrière le chapiteau. Je suis sans dire mot, en tentant de prendre part aux conversations, mais sans trop m'investir. Je suis une bonne reporteuse non ?

14h05 : Le terrain est vert, très vert, mais plein de boue, je sens que ça va être sympa. J'ai appris entre temps que le « Muggle Quidditch » se joue en courant, pas en volant, comme chez nous. Quels imbéciles, ces moldus, même pas capables de voler ! Je ris intérieurement en voyant leurs « anneaux », et les balais qu'ils utilisent, des bouts de bambou avec du scotch au bout (note : les balais utilisés en match ne sont apparemment pas les mêmes, ceux en match sont une réplique de nos balais à nous)


14h30 : On commence à jouer ! Après un échauffement, évidemment : un tour du terrain, on s'étire... quelques choses habituelles, en somme. Les balles sont les mêmes que chez nous, mais elles ont beaucoup moins la classe, entre nous. Le souafle est un ballon de volley légèrement dégonflé, les cognards des ballons violets dégonflés, et le vif d'or... n'est même pas une balle ! C'est une personne, déguisée en jaune, qui se balade avec une chaussette contenant une balle de tennis, et qui court partout, dans un rayon de un kilomètre autour du terrain. Grosse déception. Je sens la sorcière qui est en moi rire, et commencer à préférer son Quidditch à celui des moldus. Le jeu est simple, au début : on se fait des passes, le balai entre les jambes. Je fais mine de perdre la balle plusieurs fois. S'ils savaient...

15h00 : Début de l'entraînement avec un jeu qu'ils appellent « jeu de la mort », où s'affrontent des poursuiveurs et un gardien, avec un batteur. Étant habituée au poste de gardien, je le tente, mais je vous avoue que c'est une ca-ta-stro-phe au Quidditch Moldu. Je laisse ma place, et passe au poste de poursuiveur. Ensuite, c'est parti pour un match, un vrai, comme je les aime ! Ah, je sens vos papilles frémir, en lisant ces mots. Ne voulant pas intégrer une autre équipe que mes Lions adorés, je décide de jouer vif d'or. Pour cela, je dois porter, comme je l'ai dit plus haut, un t-shirt jaune qui se voit bien (et qui pourrait, soit dit en passant, faire la une de Sorciers Hebdo Mode), et une chaussette avec une balle de tennis.


(Tant de sex-appeal dans mon derrière, je suis émue.)


15h10 : Sachez que je suis un piètre vif d'or. En dix minutes, j'ai : fait tomber le vif d'or dans un fossé, suis tombée dans ce même fossé, ai tenté de me cacher derrière une sorte de gros cylindre, et me suis pris la tête dedans en voulant me relever, ai trébuché et failli tomber dans les feuilles -vive l'automne-... entre autres. Et puis, au final, l'un des deux attrapeurs a fini par me chiper le vif, donnant la victoire à son équipe. Apparemment, d'après ce que j'ai compris, pour eux attraper le vif vaut trente points, et un but en vaut dix. En même temps, il faudrait marquer quinze buts pour pouvoir gagner sans avoir peur du vif, c'est dur, pour des moldus.

15h30 : On continue l'entraînement avec un jeu nommé « Passes à dix », où le but est de faire dix passes entre les membres de sa propre équipe, sans que le souafle ne soit récupéré par l'autre équipe, avec un batteur dans chaque équipe. Je commence en tant que batteuse, et m'amuse à lancer mon « cognard » sur des gens au hasard (en imaginant que ce sont de viles Serpentard qui veulent nous piquer notre Coupe). 

16h00 : Les moldus décident de faire un autre match. Cette fois, je prends la place de poursuiveuse, puis de batteuse, puis de poursuiveuse... enfin bref. Tout le monde est divisé en deux équipes : les bleus et les sans couleur. Je suis sans couleur, mais rouge au fond de mon être, Gryffondor pour toujours ! Finalement, avec un score de dix buts à sept, nous avons été déclarés vainqueurs ! Je dois avouer que j'ai hâte de retrouver mon propre balai, et de fendre le ciel en volant. 


16h45 : Toute l'équipe se met à parler de noms, de matches avec Barcelone, de tournois... je fais mine d'écouter, afin de ne pas manquer un moment de l'entraînement, et de pouvoir vous parler de tout.

17h00 : Retour au métro. Je sors discrètement une dragée surprise de mon sac, en espérant ne pas être vue. Ouf, je suis passée totalement inaperçue. Je repars donc, pleine de connaissances et prête pour vous parler de cette culture moldue !

En conclusion : le Muggle Quidditch est une copie de notre Quidditch à nous, mais il faut bien avouer que ce sport a réussi à s'acclimater à des conditions plus compliquées que chez les sorciers : pas de vol (ndlr : prendre un produit illicite peut amener l'illusion du vol), pas de petite balle avec des ailes nommée vif d'or, pas autant de popularité... enfin bref, je peux vous dire que c'est un sport très intense, comme nous, et qui a des avantages et des inconvénients. Si l'envie vous prend de tester la vie moldue, n'hésitez pas à tester le Quidditch... version moldue !

Article d'Emy Denver
Illustration de Chloé Yang (merci à elle)

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://journal-gryffondor.poudlard12.com/trackback/3261

Fil des commentaires de ce billet